LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES

LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES
CLIQUER SUR LE SCEAU POUR ACCEDER A NOTRE SITE WEB

dimanche 18 décembre 2016

LA LOGE D'ETUDE ET DE RECHERCHE "KORÔZ" REJOINT LA FEDERATION


Très cher frère Breizh,

Nous avons le grand plaisir de vous informer de la création d’une nouvelle loge d’étude et de recherches spécialisée dans l’art du blason, Korôz (héraut en hébreu), dont le propre blason est reproduit ci-dessus (on remarquera d’emblée les armes parlantes : cor – cf. cœur – et rose : i.e. Koroz) et pour laquelle nous demandons l’intégration au sein de la FLLS.
De par la nature de ses objectifs, ouverte à tous les frères et sœurs intéressés à l’héraldique, elle n’initie pas et ne dispense ni degré ou grade, non plus qu’aucun titre.
Son domaine est la Maçonnologie : discipline de réflexion qui peut être définie comme la science du fait maçonnique, que notre loge envisage dans ses dimensions héraldique, « discipline ayant pour objet la connaissance et l’étude des armoiries (ou armes) », chevaleresque et historique pour les rituels ayant trait à la chevalerie.
Le mot « héraldique » vient du nom « héraut », c’est-à-dire, de celui qui annonçait et décrivait les chevaliers entrant en lice (tournoi), celui qui annonçait les événements, qui portait les déclarations de guerre en tant qu’officier public au Moyen Âge.
Si le blason, comme savoir, voire comme science peut se tracer depuis le Moyen Âge, c’est sa codification par les hérauts qui a amené les érudits du XVIIe siècle à nommer cette discipline science héraldique, c’est-à-dire science du héraut ; et le nom choisi pour notre loge fait écho à cela.
Dans le vocabulaire héraldique, le blason désigne la description des armoiries traduites en mots, il est la langue des armoiries ; il permet de fixer par écrit un dessin ou de le transmettre sans avoir recours à l’image. Les armoiries peuvent représenter le supplément d’âme, un jardin secret individuel et symbolique et les armes trouvent toujours une résonance positive dans le cœur et l’esprit des hommes.
« Blasonner » signifie décrire des armoiries suivant les règles de la science héraldique. Le blasonnement est l’action qui consiste à décrire des armoiries (et donc à énoncer le blason qui est représenté).
Pour se faire reconnaître dans les mêlées des batailles et des tournois, les chevaliers prenaient l’habitude de peindre des figures distinctives sur leurs boucliers (meubles et pièces, ou figures géométriques) et comme ces derniers, le chevalier « moderne » se fera reconnaitre « comme tel ».
Mais avant que d’être chevalier, il lui faudra être d’abord écuyer, le « gentilhomme » qui accompagnait un chevalier et portait son écu.
C’est ainsi que la loge d’étude et de recherches Korôz est « réflexion et réfraction ».
Son nom, ses armes parlantes, sa devise (La vertu se révèle dans l’adversité), son cri (Hodie), ses saints Patrons (puisque tel est son désir d’en avoir : saint Maurice, saint Expédit et saint Bernard) sont tout cela à la fois. Déjà « réfléchir » sur toute sa présentation est un premier travail actif d’entrée dans un nouvel espace d’apprentissage.

Bienvenue donc aux écuyers qui doivent créer leur blason ! bienvenue aussi aux chevaliers en réflexion sur leurs qualités et leurs aspirations ! bienvenue enfin à tous les passionnés qui veulent aborder les domaines de recherche et d’étude de Korôz !

Aucun commentaire: