LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES

LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES
POUR CONTACTER LA FEDERATION DES LOGES LIBRES ET SOUVERAINES (F.L.L.S.) EN ACCEDANT A SON SITE CLIQUEZ SUR LA PHOTO CI-DESSUS

vendredi 2 octobre 2015

"LE FRERE SERVANT" ... IL Y A DEUX MILLENAIRES...

Bonjour à tous.
Mon Frère Bruno, éminent membre de notre Suprême Conseil de Lille, vient de me transmettre ce petit courrier qui m'a mis de bonne humeur pour toute la journée :

***

Bonjour Breizh,

Pensant à toi qui insiste souvent sur "Frère Servant", je t'envoie ce texte que je trouve très beau.


"Hier, et avant-hier, c’était moi de corvée. Quelle peine n’avais-je pas eu pour trouver à manger pour notre petit groupe. Ils pouvaient bien, les autres, écouter sans relâche les paroles du Maître, goûter à ses propos. Je sentais moi aussi, que montait la tension. L’inquiétude et la peur malmenaient notre entente. La fatigue érodait notre vieille concorde. Le tentateur rôdait, prêt à briser nos liens. Le pouvoir bientôt échapperait au Christ ? Une place était à prendre, l’occasion idéale de faire valoir ses droits. « J’étais moi avec lui sur la montagne sainte ! » « Sur le bord de la plage, il m’appela d’abord ». Les arguments fusèrent, si bien que j’oubliais mon poste de service. Le débat nous brûlait, il devenait féroce.


Un serviteur distrait me bouscula soudain. J’allais le rabrouer, de fort méchante humeur. Je tournais donc la tête pour soulager mes nerfs sur l’innocente victime, quand : stupeur. Jésus, là, devant moi, le tablier noué. Personne n’avait vu que, désertant la table, il s’était mis, sans bruit, tous à nous servir. « Prenez donc ma place, elle est là, au milieu ! » Son siège resté vide, au centre de la pièce, imposait le silence. Nous voulions l’empêcher de poursuivre sa tâche, réclamant un peu tard le rôle de serviteur. Mais Lui, paisiblement, souriait. Nous comprenions enfin, un peu mieux, son message."

Je t'embrasse

Bruno

***

Merci Bruno pour ce texte qui résume si bien la mentalité de notre Fédération de Loges Libres.
Puissions nous rester des Frères Servants jusqu'à notre dernier jour ... car alors seulement nous serons dignes de nous présenter devant le G.A.D.L.U.
Bonne journée à tous, Maçons comme Profanes. BREIZH.

Aucun commentaire: