LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES

LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES
POUR CONTACTER LA FEDERATION DES LOGES LIBRES ET SOUVERAINES (F.L.L.S.) EN ACCEDANT A SON SITE CLIQUEZ SUR LA PHOTO CI-DESSUS

vendredi 16 septembre 2011

REFLEXIONS D'UN FRERE DE "GEORGE WASHINGTON"

Bonjour à tous et toutes
Je vous transmets les réflexions de notre Frère Henri R... de George Washington à l'Orient de Perpignan.
Ces réflexions font suite à la diffusion de la lettre de notre Soeur Aimée.
Je rappelle à cette occasion que ces textes transmis n'engagent que leurs auteurs et non la Fédération, et sont à ce titre représentatifs de la diversité régnant au sein des Loges Libres.

***

Il est normal que les Maçons puissent s’indigner sur les dérives sectaires d’où qu’elles viennent. Il est également naturel que les Maçons puissent s’indigner sur les nombreux dysfonctionnements institutionnels de la société. Dans ce domaine, les obédiences ne sont pas en marge de toute critique. En effet, elles supportent depuis belle lurette certaines données fantaisistes quant au traitement de l’histoire et les orientations rituelles pratiquées.
Elles le peuvent, car elles sont devenues des centres de diffusion d’une pensée unique avec un mode opératoire strictement existentiel. Qu’importe la vérité, dès lors qu’elle n’est point rentable. Qu’importe la réalité, dès lors qu’elle s’oppose à tout principe de manipulation des individus. Elles participent à la confusion au même titre que la légendaire tour de Babel mésopotamienne.

Selon le Régulateur du Maçon, dès lors que le profane est introduit dans la Chambre de réflexion, il se doit de formuler sur une feuille de papier une réponse aux trois questions suivantes
:-Quel est le devoir de l’être humain envers lui-même ?
-Quel est le devoir de l’être humain envers ses semblables ?
-Quel est le devoir de l’être humain envers sa patrie ?

Il faut bien avouer, qu’après les lectures des écritoires terrifiantes qui invitent le profane à si peu écrire, ces trois questions sont de nature à susciter une réponse franche sur son comportement dans l’espace sociétal. D’où l’intérêt majeur des enquêtes de qualité. Si le profane est sincère dans sa démarche, la réception lui recommande à dépasser l’aspect littéral des réponses.

Nous le voyons bien, car rien n’est changé après l’initiation. Et c’est par-là même la découverte la plus évidente qui nous incite à voir différemment ce qui, par nature, n’a pas apparemment changé. Il est donc simpliste, surtout pour notre progression, de croire qu’on puisse posséder la lumière. Il faut aller au-delà. Il y a en effet un autre bandeau, qui est plus subtil que la pièce d’étoffe, et donc plus difficile à déceler. Car il est tissé avec les fibres les plus intimes de notre vie quotidienne.

Parfois, nous devrions placer un bandeau sur nos yeux pour dissiper la lumière qui nous aveugle au lieu de nous illuminer. Cela rendrait bien relatives nos certitudes. Sachons donc initier nos yeux à la vérité des réalités de notre société.

***

Merci à notre frère Henri de nous avoir enrichis de son vécu personnel et bonne semaine à tous. BREIZH

1 commentaire:

Anonyme a dit…

De nos jours, une Loge libre et souveraine n’a rien de commun avec une Loge sauvage ni avec une affiliation obédentielle.
Mais le seul problème mes chers Frères, il est alors très facile de critiquer injustement un frère hors de toute justice maçonnique.
la régularité de l'initiation ne fait pas tout, il ne faut pas oublier le deuxième point de la régularité maçonnique : être et rester un vrai franc-maçon au fond de soi-même et avoir un comportement maçonnique irréprochable envers ses frères (PLANTAGENÊT REAA).

Alors faire des grands discours et parler en s'écoutant n'apporte aucune pierre à l'Edifice maçonnique.

J'ai dit
J.S.G.
Loge Libre Vertus et Lumière, à l'Orient de PERPIGNAN