LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES

LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES
Ce blog constitue l'espace d'expression libre de Breizh, Maître Maçon chantre des Loges Maçonniques Indépendantes, dites aussi Loges Libres. Son rôle est à la fois de faire connaître, promouvoir et relier entre elles lesdites Loges Libres. Il constitue enfin un lien avec le site web de la Fédération des Loges Libres et Souveraines (F.L.L.S.) créée en 2010 sur la base de ce même blog. (pour accéder au site cliquer sur la photo ci-dessus)

samedi 26 mars 2011

TRAVAIL SUR "L'INFLUENCE ECOSSAISE" PAR UN FRERE DE LA LOGE LIBRE "GEORGE WASHINGTON"

Note Frère Henri R... de la Loge Libre George Washington me transmet ce travail qui fait suite aux précédents traitant de l'influence, réelle ou supposée, des Templiers et de l'Ecosse sur l'avènement de la Franc Maçonnerie spéculative :

***

L’influence écossaise

L’apparition de la Franc-Maçonnerie en Ecosse et sa diffusion en Angleterre, relèvent d’un élan éminemment romantique. En effet, entre la période de la maçonnerie du métier et celle de la maçonnerie non opérative en Ecosse, nous nous trouvons en présence de nombreux chaînons manquants. Et on ne peut pas combler ce vide par le raisonnement de l’analogie.

L’histoire de la maçonnerie spéculative écossaise ne dispose pas d’une continuité organique. Elle présente en soi de nombreuses lacunes. En vérité, la Grande Loge d’Ecosse, constituée à Londres vers 1736, se volatilisa ensuite dès 1753, laissant derrière elle les rituels du Royal Heredom, dont le grade le plus élevé était celui de Rose-Croix.

Les faits sont souvent rebelles à la fiction, et dans ce domaine, la prudence ne nous permet pas un traitement mythique et imaginatif. Même, si l’attrait de l’Ecosse a toujours était entouré de mystères.

La conception franche de l’histoire maçonnique en Grande-Bretagne n’occulte pas pour autant les autres aspects du contexte historique, au sein duquel la Franc-Maçonnerie britannique s’est développée (différend politique et religieux entre les partisans des Hanovre et les Jacobites, nouvelles émergences intellectuelles et culturelles, difficultés économiques et sociales).

La Maçonnerie moderne dont parle Anderson a eu son origine à Londres. Elle repose indubitablement en Angleterre dans des documents connus sous le nom de : «Anciens Devoirs » ou « Anciennes Constitutions ». Ces documents relatent l’histoire mythique du métier, la moralité, l’indentification du métier avec la géométrie, l’importance de l’Art Royal depuis l’aube des temps, la splendeur et la gloire du temple de Salomon, de l’Egypte ancienne, de la Grèce. La géométrie étant un des sept arts ou sciences libérales.

Les influences médiévales du métier et la naissance du Siècle des Lumières ont fusionné à Londres pour créer en 1717 une institution moderne qui reflète un esprit traditionnel et progressiste, avec des idéaux de fraternité et d’égalité, de tolérance et de raison.

Pour conclure sur la phase dite écossaise, on ne connaît pas en Ecosse aucune copie des Anciens Devoirs. Aussi, autant rendre à César ce qui est à César, c’est-à-dire aux méritoires travaux maçonniques des Irlandais de Londres, desquels découlent les grades bleus du rite Ecossais Ancien et Accepté, du rite Emulation, du rite d’York, du Standard d’Ecosse…

Le Rite Français, anciennement dit rite Moderne ou rite Ecossais, recueille essentiellement l’origine écossaise du grade de Rose-Croix transmise par la Grande Loge d’Ecosse Londonienne des années 1740-1760.

N’est-il pas vrai que la première mention du meurtre d’Hiram et de sa tombe apparaît en 1730 dans Masonry Dissected de Prichard ? Voilà pourquoi les Maçons doivent trouver une lueur pleine d’espérance, dénuée de controverses, et bâtir un avenir fraternel dans un monde épris de liberté et de justice.

***

Merci à notre Frère Henri pour cet apport dans ce domaine qui oppose pacifiquement pour l'éternité les Maçons "pour" et les Maçons "contre".
Bon week end à tous et toutes. BREIZH.

Aucun commentaire: