LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES

LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES
CLIQUER SUR LE SCEAU POUR ACCEDER A NOTRE SITE WEB

lundi 13 septembre 2010

COMMUNIQUE DU CHAPITRE LIBRE "LE PRINCE DE LIGNE" EN VALLEE DE BRUXELLES

Bonjour à tous et toutes, Profanes comme Maçons.
Mon correspondant du Chapitre Bruxellois "Le Prince de Ligne" me demande de retranscrire le communiqué suivant :

***

« Le 2 septembre 2010, le Souverain Chapitre mixte « Les Pertuis », Vallée de La Rochelle en France, a remis les patentes des Ordres de Sagesse du Rite Français Moderne au Souverain Chapitre mixte « Le Prince de Ligne », en la Vallée de Bruxelles en Belgique.


Le Chapitre libre et souverain mixte « Le Prince de Ligne » a reçu l’esprit du Rite Français transmis sans interruption par une longue chaîne de Frères. Celle-ci part du chapitre d’un régiment français stationné sous l’Empire en Hollande, s’étend plus tard au chapitre De Roos du Très Illustre Frère Hendrik van Praag à Medan, aux Indes néerlandaises. Ce chapitre est revenu ensuite en Hollande à La Haye où un groupe de Rosecroix français, dont René Guilly et plusieurs autres, ont recueilli cette légitime patente avant de créer à leur tour en France les Souverains Chapitres « Jean-Théophile Désaguliers » et « La Chaîne d’Union ». C’est dans ce dernier chapitre qu’ont été reçus les « refondateurs » du Grand Chapitre Général de France et les fondateurs des Pertuis.

Le Chapitre « Les Pertuis » de La Rochelle a donc reçu la patente, et surtout la filiation intégrale du Rite Moderne du Grand Chapitre Général de France. Celle-ci est désormais déposée entre les mains du Souverain Chapitre mixte « Le Prince de Ligne », à Bruxelles. Quelle chaîne d’union, deux fois séculaire, et ininterrompue depuis sa source, intacte et légitime !

Réunis au Premier Ordre, puis au Cinquième Ordre, nous avons accumulé, en deux journées de travail commun, des souvenirs qui dureront aussi longtemps que nous, et dont on parlera après nous.

Nous avons travaillé pour nous-mêmes, pour nos chapitres, pour la pérennité du Rite Français et celle de l’Ordre. Nous avons célébré entre nous la fraternité, l’amitié, l’amour et l’agrégation des hommes de bonne volonté.

Nous avons démontré que cela est juste et possible dès lors qu’on le veut, tandis que les démonstrations inverses, assorties de ségrégations injustifiées, ne manquent hélas pas.

Nous avons communié, et il nous reste le souvenir, le rêve, le désir et la volonté de recommencer.

Démunis de tout, mais remplis d’un courage qui fut durement mis à l’épreuve depuis 1987, nos 35 Sœurs et Frères vont entreprendre un travail ardu.

Ne nous disons pas réciproquement merci, car, si nous sommes aujourd’hui heureux, « Les Pertuis » comme « Le Prince de Ligne », c’est simplement parce que nous avons fait notre travail de Maçons, que nous l’avons bien fait, avec obstination, constance et ferveur, et que visiblement les dieux (pardon à nos amis athées et monothéistes !) sont avec nous.

Un pont vient d’être construit entre La Rochelle et Bruxelles, entre « les Pertuis » et « Le Prince de Ligne ». Il y a place pour d’autres ponts au sein de l’Ordre. Empruntons-les afin de nous retrouver et de faire la démonstration de ce que, en réalité, la Parole n’est jamais vraiment perdue, dès lors que les Sœurs et les Frères laissent ouvertement parler leur cœur et leur esprit.

A l’occasion de cette remise solennelle de patentes, le Suprême Commandeur Jean-Claude V, Très Sage et Parfait Maître du chapitre « Les Pertuis », a remis la distinction de Chevalier de la Sagesse, cinquième Ordre du Rite Français Moderne, à trois frères belges et à trois frères français ; pour sa part, le Suprême Commandeur Jean V. W, Très Sage et Parfait Maître du chapitre « Le Prince de Ligne », a remis la distinction de Chevalier de l’Aigle Blanc, cinquième Ordre du Rite Français Moderne, à deux frères belges et à quatre frères français.

Des agapes fraternelles ont conclu ces deux mémorables journées de travail, en plein soleil, face au merveilleux port de La Rochelle, à deux pas de la maison natale de Jean Théophile Désaguliers, mais aussi face à un établissement rochelais énigmatiquement dénommé « le Brusseleir »… »

***

Merci à notre Frère Jean V.W. pour cette évocation de la collaboration pouvant exister entre des Ateliers Libres par delà les frontières.

Bon week end à tous et toutes. BREIZH.

Aucun commentaire: