LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES

LA PLANCHE A TRACER DE BREIZH, CHANTRE DES LOGES
CLIQUER SUR LE SCEAU POUR ACCEDER A NOTRE SITE WEB

lundi 22 mars 2010

ARTICLE DU CHAPITRE LIBRE "LES PERTHUIS" DE LA ROCHELLE

Bonjour à tous, Amis du Portail.
Notre Frère Jean-Claude V. du Chapitre Libre « Les Perthuis » à la Rochelle me propose cet article qui nous remémore certains problèmes qui subsistent malheureusement encore à l’heure actuelle et nous sommes bien placés pour le savoir :

***

«En lisant un numéro de Renaissance Traditionnelle vieux de presque 40 ans je suis tombé sur l’article qui suit.
Que s’est-il passé depuis ?
En 2000 neuf obédiences se sont reconnues sous le nom de La Maçonnerie Française ce qui est un petit nombre par rapport au nombre d’Obédiences et de Loges Libres existantes.
Depuis aucune nouvelle adhésion…
De plus en plus d’Obédiences, de Loges, de Conseils, de Chapitres et d’Aréopages refusent l’accès aux Frères même quand il y a des accords,et je ne parle pas des Soeurs…
Heureusement, il y a La Maçonnerie Libre qui se développe très lentement, mais grâce à Internet le mouvement s’accélère.
N’oublions pas ce que dit la plus ancienne divulgation connue à ce jour, la Maçonnerie Disséquée de Samuel Prichard :
« Où avez-vous été fait Maçon? Dans une Loge juste et parfaite.
Qu’est-ce qui fait une Loge juste et parfaite ? Sept ou plus ».
Mobilisons nous pour un Ordre d’union, de Liberté et de Fraternité.
Jean-Claude V.

***

Lettre adressée par un lecteur à la revue "Renaissance Traditionnelle" :
« Félicitations ! Votre revue est telle que je la souhaitais, elle est exacte au rendez-vous de l'opportunité, de la nécessité. Bravo pour le contenu, bravo pour l'esprit qui l'anime. Frappez fort ! C’est le moment ! C’est notre heure ! Ayons attention : la jeunesse est dans l'attente de ce que seule notre tradition peut lui apporter : enracinement immémorial, fraternité mystique, cérémonial, et surtout cette filiation pythagoricienne qui met notre spiritualité, seule entre toutes, en phase avec l'humanisme scientifique en gestation.
Si nous ne sonnes pas exacts au rendez-vous, d'autres le seront : de vagues hitlers grouillent dans l'ombre. Nous avons déjà failli être submergés par une vague ; que sera-ce lors de la grande crue ? Mais quelles sont les sources profondes de ce flux révolutionnaire ? Ni l'économie, ni la politique, ni le social (les jeunes s'en moquent) c'est la faim du sacré, c'est la soif de la fraternité, c'est le christianisme primitif.
Votre revue arrive donc à point nommé. Ne relâchez surtout pas votre lutte pour que se réalise enfin cette fraternité maçonnique universelle que les jeunes espèrent trouver, et dont l'absence les déçoit tant. C'est la besogne urgente. Laissons à chaque obédience sa personnalité propre, c'est très bien ainsi ; mais créons une fédération qui présentera aux maçonneries étrangères et au monde profane le front uni d'un Ordre Maçonnique Français : quelle force d'attraction, de contagion, n'aurait-il pas en Europe ! Des obédiences européennes ne tarderaient pas à s'y agréger, heureuses d'y trouver le moyen de rejeter l'absurde tutelle vaticanesque de Londres, et de laisser aux Frères que cela amuse le hochet de la soi-disant régularité. Il n'est qu'une régularité: celle de la Loge; les jeunes se moquent des querelles obédientielles et ils ont raison; ce qu'ils veulent, c'est pouvoir aller partout, en frères; si nous ne le réalisons pas très vite (et c’est facile), ils iront ailleurs. Voilà ce que je tenais à vous dire; pardonner-moi d'avoir été un peu long. ……

Réponse du Rédacteur de la revue :
Nous notons votre opinion sur les problèmes de l'unité maçonnique française. Il est certain qu'il faut chercher dans la direction d'une confédération. Il est certain aussi qu'il y a urgence.

***

Et oui, il y a 40 ans, et nous n’avons pas avancé d’un centimètre depuis…jusqu’à ce que le réseau internet nous permette de … mais ça c’est une autre histoire, et nous en train de l’écrire ensembles…
Amitiés à tous et toutes, Profanes comme Maçons. BREIZH.

Aucun commentaire: